Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Résumé de l’article sur Le génogramme imaginaire.

de J. Ollié- Dressayre et D. Mérigot

jeudi 7 décembre 2006 par stephanie merkelbach

Le génogramme imaginaire

.

J. Ollié- Dressayre et D. Mérigot

Le génogramme imaginaire porte sur les liens d’affiliation et non de filiation. L’objectif de cet outil est de reconnaitre les personnes significatives pour la construction de soi.

1) L’approche constructiviste :

La réalité fondamentale est inatteignable puisque la nature de ce que l’on observe dépend de la façon dont on l’observe. De la même façon, le thérapeute et la famille aidée forme un système de co-construction d’une relation d’aide, processus où chacun est engagé autour du symptôme.

2) Différents concepts :

  • Filiation : ensemble des liens par lesquels on nous reconnait comme appartenant à une famille.
  • L’affiliation : ensemble des liens par lesquels je me reconnais comme appartenant à un réseau relationnel signifiant.
  • Système actif ou significatif : ensemble des personnes concernées activement par une problématique, un symptôme.

3) Le concept de la famille imaginaire.

C’est un agencement, sur le mode d’une famille, des personnes les plus importantes pour nous, qu’elles soient vivantes ou mortes, détestées ou aimées, membres ou non de notre entourage familial d’origine.
L’hypothèse de base de cette technique est que nos systèmes d’affiliation, comme nos systèmes significatifs en général, se structurent comme une famille.
Cependant, les systèmes affiliatifs et significatifs ne se construisent pas par mimétisme mais utilisent, pour se construire, des modèles de fonctionnement enracinés dans notre expérience familiale, notre culture de la famille.

4) Qu’est-ce que un objet flottant ?

C’est un exercice analogique. Le cadre du travail thérapeutique consiste à organiser un espace intermédiaire entre la famille et le thérapeute, espace où les représentations de chacun au sujet de la famille se découvre peu à peu, favorisant une réflexion propice au changement. Cette réflexion dépasse le contenu verbal et les supports analogiques permettent l’échange des découvertes par l’expérimentation entre la famille et le thérapeute.
Le génogramme filiatif et le génogramme imaginaire peuvent être utilisés de façon complémentaire.
L’utilisation de l’objet flottant nécessite cependant une confiance mutuelle, c’est un contexte de jeu, c’est une cocréation et il n’a de signification qu’actuelle.

5) Protocole d’utilisation.

  • Choisir les 10 personnes les plus importantes (vivantes ou non, aimées ou détestées, de la famille ou non).
  • Mettre les 10 personnes sur le génogramme comme une vraie famille.
  • Pause où l’on observe ce que l’on a produit (étonnement,remarque, agacement de la personne puis du thérapeute). Pas d’interprétation, pas de vision normative de la famille, chacun a son propre référentiel familial.
  • En relation duelle, on peut inviter une personne significative pour échanger.
  • En couple ou en famille soit chacun fait l’exercice puis une mise en commun, soit choix commun des 10 personnes puis négociation pour les placer dans le génogramme.
  • En supervision, chacun choisi 10 personnes pour la personne supervisée et les place sur le génogramme puis échanger.
  • Contre-indication : ne pas utiliser avec les enfants de moins de 5-6ans ni avec des personnalités psychotiques.
  • Indications particulières : traumatisme intra-familiaux.

enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3077 / 897514

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir de livres et des notes de lecture  Suivre la vie du site Échanges à partir des notes de lecture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License