Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique
Onnis Luigi

Thérapie familiale de l’anorexie mentale

Un modèle d’intervention basé sur les sculptures familiales

lundi 12 février 2007 par Julémont Carine

 Thérapie familiale de l’anorexie mentale

Un modèle d’intervention basé sur les sculptures familiales

 Par Luigi Onnis.

Thérapie familiale, Genève, 1991, Vol 12, N°3, pp225-235

1. Anorexie mentale, un phénomène complexe

L’anorexie mentale est un phénomène complexe à cause de la multiplicité des facteurs en jeu et de l’articulation des niveaux qui y sont impliqués : -niveau socio-culturel, -niveau familial, -niveau psycho-biologique individuel.
Les recherches montrent que le phénomène naît d’une concomitance de niveaux différents. Ici, on va investiguer le champ familial même s’il y a corrélation circulaire des différents niveaux.
Une des spécificités de l’anorexie est que le symptôme s’exprime par le corps.

2. Le système familial de l’anorexique

Beaucoup d’études ont été faites sur le système familial de l’anorexique.
D’un point de vue structural, les systèmes familiaux se présentent fortement enchevêtrés : il y a intrusion continuelle des espaces propres et psycho-émotionnels de chacun, ce qui pose évidemment problème au moment de l’adolescence.
Les modalités interactives tournent autour de l’évitement du conflit. Toute tension est gelée dans un consensus unanime apparent. La famille donne une image d’harmonie, l’atmosphère est détendue. C’est la nourriture qui va catalyser toute tension éventuelle. Le symptôme anorexique, dans tout son paradoxe, tente d’introduire des tensions conflictuelles et protège l’homéostasie familiale en arrêtant le temps au monde de la nutrition- de l’enfance.
Au cours de son histoire, le système a caché des éléments conflictuels et ces éléments sont à la base de la construction du mythe « d’unité familiale » » qui s’accompagne de façon spectaculaire du « fantasme de rupture »
Ici, dans l’anorexie, il y a une impossibilité de donner parole aux instances conflictuelles car il faut maintenir l’ambivalence à l’égard du mythe : la protestation par la grève de la faim témoigne de la transgression du mythe tandis que la demande de protection témoigne de la fidélité au mythe. Le malaise choisit une voie somatique, les émotions sont ainsi soigneusement filtrées de façon à éviter les tensions conflictuelles et à maintenir l’harmonie apparente du système familial.

3. Un modèle de travail thérapeutique basé sur les sculptures familiales

Les auteurs ont expérimenté une métaphore proche du langage du symptôme qui est le langage du corps : ils ont proposé des sculptures familiales.
A chaque membre de la famille, ils ont demandé deux sculptures : l’une qui représente la famille maintenant et l’autre qui la représente dans 10 ans.
Souvent, on observe que dans les familles à patient anorexique, la seconde sculpture est perçue comme une menace : l’autonomisation et l’individuation des membres pourraient désagréger l’unité familiale. Les fantasmes de rupture irréversible sont exprimés dans un langage analogique, ce qui offre au thérapeute une richesse d’information soit pour proposer un recadrage, soit pour élaborer des stratégies d’intervention plus appropriées.

4. Un exemple clinique

Une famille composée du père et de la mère d’environ 50 ans, d’une jeune-fille anorexique et d’un frère cadet.

On remarque une structure familiale typique où il y a évitement des conflits et peu de démarcations générationnelles et individuelles.
La tension est polarisée sur le problème alimentaire de la jeune fille avec une tendance à l’escalade entre la mère et l’adolescente. Le père paraît plus permissif et les désaccords entre les parents concernant exclusivement l’anorexie de leur fille.

L’utilisation de sculptures familiales a permis un véritable tournant dans la thérapie.

Dans les sculptures du futur, et le père et la jeune-fille, ont représenté les enfants debout, le regard tourné vers l’extérieur tandis que le père et la mère sont assis dans la maison loin l’un de l’autre, absorbés dans leurs pensées. La distance conjugale et la solitude semblent être une conséquence inéluctable de la rupture de l’unité familiale. Les enfants sont présentés préoccupés par le destin de leurs parents.
Les mythes d’unité et les fantasmes de rupture prennent corps sous les yeux de tous. Ils peuvent être représentés et devenir le terrain privilégié du travail thérapeutique...
La peur de sortir de la maison de la jeune fille (qui est apparue après l’amélioration de l’anorexie) peut être connotée positivement comme une préoccupation affectueuse pour ses parents qui se sentent tristes face au détachement des enfants.
De même, on peut positiver que les parents « si attentifs au bien-être de leur enfant » sauront trouver des ressources pour les rassurer...
La thérapie est alors centrée sur le sous-système parental. Parallèlement à la transformation de la relation du couple, on constate une rémission totale de l’anorexie et une bonne évolution des deux adolescents.

Conclusion

On voit ici comment les sculptures du présent et du futur réintroduisent la dimension du temps dans un système familial et confrontent la famille à son propre potentiel évolutif.

Ce modèle d’intervention rentre bien dans le cadre de la 2ième cybernétique et des modèles évolutifs. D’autre part, la famille et le thérapeute sont impliqués dans une co-construction : La famille donne d’elle-même une représentation créatrice qui permet au thérapeute de proposer des hypothèses alternatives auxquelles répond la famille par des solutions imprévisibles.

Il y a une création d’une langue commune qui peut devenir une langue de la nouvelle nourriture et du développement.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3763 / 937981

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir de livres et des notes de lecture  Suivre la vie du site Échanges à partir des notes de lecture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License