Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Réflexions sur la conférence de G. Ausloss

dimanche 24 février 2008

Travaillant moi-même dans une institution (hospitalière), j’ai été interpellée par les différentes notions abordées lors de cette conférence.

Dans la première partie :

Façon dont l’équipe se regarde : Notions de Fonction et de Rôle de chacun.

C’est sous-entendu et pas souvent nommé. Je n’y avais pas fait attention là où je travaille. J’étais trop focalisée sur « mon patient ». Je trouve que la plupart du temps, on « essaye » tant bien que mal de travailler ensemble. Mais souvent, on se heurte aux différents intervenants qui travaillent de manière très différente, avec des objectifs propres, des motivations diverses,... et pourtant au départ, avec tous le même rôle et la même fonction (par exemple les infirmières).

J’avais tendance à rester campée sur mes positions sans essayer d’ouvrir le dialogue, en ne me repositionnant pas d’abord moi-même par rapport à moi. Je faisait « avec ». Cette conférence m’a entre-autre permis de prendre conscience de la nécessité d’ouverture pour travailler en équipe, se repositionner d’abord par rapport à soi-même, essayer d’aborder les sujets difficiles POSITIVEMENT, sans juger, avec les divers intervenants.

Concernant la hiérarchie de fonction, qui aurait une volonté de complémentarité, je pense que ce serait l’idéal. Mais dans la réalité, dans ma pratique, on en est très loin. On est dans la hiérarchie de valeur, de supériorité.

On tire trop peu de chaque intervenant sa propre richesse, et son propre point de vue. Mais ça me permet également de me repositionner dans mon travail et en tout cas d’y être attentive.

Concernant l’évaluation des objectifs, on y est très attentif dans notre institution.

Concernant les règles, je pense qu’il est très difficile de les modifier et en effet, je vois qu’on en ajoute toujours et retire rarement, voir jamais !

Dans la deuxième partie : Le patient regarde l’équipe :

Je ne m’étais jamais vraiment interrogée sur les notions de contexte et de territoire. Le contexte de la demande du patient peut être très divers,ça, c’est bien intégré. Mais il est vrai que la notion de territoire, dans le sens qu’il peut être perçu par le patient comme hostile. Je ne m’y étais jamais attardée. C’est très important comme notion pour que la première « rencontre » se passe bien, et arriver à « apprivoiser » la famille, pour établir une alliance thérapeutique.

Enfin, concernant la notion de Crise :

En participant au rôle de gardes aux urgences en psychiatrie, j’ai l’occasion de recevoir des patients « en crise ». C’est mal vécu par celui-ci et par la famille, et aux urgences, le plus souvent, ils sont demandeurs d’une solution rapide, miracle, pour faire disparaître cette crise.

Dans ma pratique, ce n’est en effet, qu’à distance de l’urgence, qu’on peut travailler la nécessité et l’effet positif à plus long terme de cette crise.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 154 / 1004184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Documents pédagogiques : conférences,videos,notes de (...)  Suivre la vie du site Notes prises lors de cours : échanges à partir (...)  Suivre la vie du site CFTF 2ème année B (Réservé au CFTF)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License