Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Réflexions sur le cours du 23/01 sur la construction d’un processus systémique

lundi 25 février 2008

Au fur et à mesure des cours, je me rends compte que ce processus systémique est quelque chose d’ouvert, de positif, qui permet au patient de se dégager, de se déculpabiliser,...de prendre distance avec son symptôme, pour en avoir une vision plus générale, en terme de relations et en faire quelque chose de positif pour son évolution future.

Je me rends compte qu’une notion très importante pour développer ce processus systémique passe par notre résonnance. J’en était déjà consciente antérieurement, mais pas pour spécialement l’utiliser positivement. J’avais tendance à le restreindre, à le faire taire !

Je vois qu’en systémique, on l’utilise essentiellement, et ça veut dire qu’on a, je pense intérêt à être comme dit au cours « au clair avec nous-même » par rapport aux questions existentielles, pour ne pas les refouler lors de l’entretien, mais bien s’en servir comme outil.
J’ai l’impression que le fait de rechercher un sens via la complexification nous permet de dépasser le symptôme amené par le patient, et de passer à un niveau plus général, plus global.

Les deux notions qui reviennent fréquemment sont : phénoménologie et constructivisme. Je les comprends pour le premier, je le relierais justement au phénomène de résonnance càd, comment je me représente la réalité en y mettant des sensations propres à moi ; pour le deuxième, je le relierais à la complexification.

Je vois également, qu’il faut prendre le temps de revenir sur les concepts que le patient amène, les faire décrire, pour voir si ça correspond à notre représentation, élargir ces concepts à la famille, aux relations, y rechercher un sens, une fonction.

Puis selon notre résonnance, formuler au patient des hypothèses, voir s’il y adhère ou pas et se repositionner alors.

J’ai l’impression que dans ma pratique actuelle, j’ai trop vite l’impression de comprendre ce que le patient amène comme concept, sans passer assez de temps et bien m’assurer, de ce que ça signifie vraiment pour lui. Et je vois que c’est un élément essentiel dans ce processus systémique.

J’ai l’impression qu’en systémique, au lieu de partir d’un symptôme, on part d’un élément auquel on a été sensible dans le discours du patient, comme concept de base, et on élabore le reste par la suite.

Impression comme dit au début de l’article, d’ouverture, de positif, on se dégage du symptôme, on libère le patient de son symtôme grâce à la vision en terme relationnel, de fonction et élargie à la famille et trangénérationnel.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 205 / 992536

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Documents pédagogiques : conférences,videos,notes de (...)  Suivre la vie du site Notes prises lors de cours : échanges à partir (...)  Suivre la vie du site CFTF 2ème année B (Réservé au CFTF)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License