Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

RESONANCE

jeudi 15 décembre 2005 par Pugin Julyane

Parlons d’un outil : nous-même dans l’interaction avec les autres.

Il y en a beaucoup d’autres : la théorie, le savoir d’expérience, le réseau de professionnels mais parlons de nous-mêmes.

Les clients, les familles réveillent en nous beaucoup d’émotions indicibles faisant écho aux nôtres. En fonction du contexte, nous allons être plus ou moins sensibles à tel ou tel comportement qui vont faire émerger certaines zones d’ombre.

Certains comportements trouvent une résonance dans notre propre histoire ou à un niveau de fonctionnement(voir isomorphisme).

« Je réponds d’une certaine manière car je suis sensible à ce que l’autre me renvoie. » Si un comportement donné trouve résonance chez l’autre, ce comportement ou cette règle va être amplifié. Chacun a des règles potentielles qui peuvent être amplifiées si elles trouvent une résonance, une intersection chez l’autre.
On peut dire qu’une même règle ou un thème peut se mettre à amplifier quand elle résonne chez différentes personnes, appartenant aux différents systèmes ; quand elle correspond à un niveau de fonctionnement de chacun.

Le Larousse définit la résonance comme suit :
1.Propriété d’accroître la durée ou l’intensité du son
2.Echo produit dans l’esprit, le cœur
3.Dans les concepts physiques : augmentation d’amplitude d’une oscillation sous l’influence d’impulsions périodiques de fréquence voisine

C’est Mony Elkaïm qui a introduit en systémique le concept de résonance qui prend en compte l’émergence du vécu, des sentiments dans le contexte d’intervention ou de thérapie tout en l’élargissant aux différents systèmes concernés.

Il appelle « résonances ces assemblages particuliers, constituées par l’intersection d’éléments communs à différents individus ou différents systèmes humains, que suscitent les constructions mutuelles du réel des membres du système thérapeutique ; ces éléments semblent résonner sous l’effet d’un facteur commun, un peu comme des corps se mettent à vibrer sous l’effet d’une fréquence déterminée ».
Le sens et la fonction de la vibration sont liés, au même moment, au système dans lequel on est en train de vivre ce sentiment.
En effet, les résonances sont constituées d’éléments qui sont semblables et communs aux différents systèmes qui sont en train d’interagir.
La résonance apparaît dans une situation où la même règle s’applique et à la famille du patient et à celle du thérapeute et à celle de l’institution.
C’est dans cette construction mutuelle du réel, dans cette rencontre relationnelle qu’elle va émerger. On ne peut alors pas dire qu’elle renvoie à un fait objectif, mais plutôt subjectif.
Même si nos réactions sont liées à notre propre histoire, il y a des éléments du contexte relationnel qui les font émerger à certains moments précis.
Selon Elkaïm « les sentiments qui naissent chez tel ou tel membre du système thérapeutique ont un sens et une fonction par rapport au système même où ils émergent. Indiquant les ponts spécifiques qui sont en train de se constituer entre les membres de la famille et le thérapeute, ils désignent un ensemble de régions et de croyances qui méritent d’être méthodiquement explorées. »

Il est alors important que nous puissions nous interroger sur les sentiments qu’un patient ou une famille déclenche en nous, sur notre propre vécu et sur le sens que ce vécu a dans ce contexte spécifique.
Le thérapeute doit rester à l’écoute de son vécu personnel, de ses sentiments et de ses réactions dans le contexte de la thérapie. La personne le sollicite d’une certaine manière pour provoquer une réaction chez lui.
Ex : Si le thérapeute ressent de l’irritation, il peut se poser la question : « quelle est l’utilité pour mon client que je sois irrité ? Quelle en est la fonction pour lui ? Pourquoi veut-il provoquer de l’irritation chez moi ? Quelle est la fonction de mon vécu par rapport à eux ? Pourquoi je ressens ces sentiments-là, justement dans ce contexte spécifique ? ». Il s’agit d’instaurer un dialogue intérieur pour le thérapeute et à partir de ce dialogue enrichir le dialogue avec le patient.

Le client va probablement essayer de modeler le comportement du thérapeute. Ce dernier doit pouvoir l’accepter car le client va essayer de lui faire répéter quelque chose qui a une signification pour lui.
Car bien souvent, ce que la famille reproduit dans la thérapie, les règles du système familial dans le système d’intervention, cela a une fonction de protection de ses membres, et donc de non-changement.

Comme l’avancent C. Whitaker et A. Napier (3), « il existe un dicton chez les thérapeutes familiaux : la famille se comportera vis-à-vis de nous comme ses membres se comportent les uns envers les autres. Pour neutraliser la menace que fait peser l’intrus professionnel, les familles s’efforcent involontairement de l’attirer dans leur système, de l’entraîner dans leur monde ».

Et selon M. Elkaïm, « lorsque le thérapeute rencontre un système il a affaire à la redoutable capacité de ce système à infecter émotionnellement ceux qui l’approchent, à l’intégrer dans son mode propre de fonctionnement. S’agit-il là d’un obstacle, le thérapeute devant alors tenter de se purifier afin de rester neutre ? Ou bien ne peut-on supposer au contraire que le système ne puisse être modifié indépendamment du type de »résonance émotionnelle" qu’il suscite chez le thérapeute ».

Ce qui peut aider les gens à grandir et à dépasser les blocages affectifs, c’est quand l’autre ne répète pas le comportement qu’on lui sollicite.
La personne, le système, doit trouver d’autres manières de communiquer, de fonctionner. Quand le thérapeute, l’équipe, ou l’institution répètent les règles du système, les personnes n’ont pas besoin « d’enlever leurs armures ».
Il faut donc arriver pour le thérapeute, à faire partie du système, tout en observant ses règles, sans les rejouer, ou du moins en être conscient.

Whitaker C. & Napier A. : « Le creuset familial », Robert Laffont, 1999

Elkaïm M. : « Systèmes humains et émotions : comment surgit l’émotion », Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, Autour de l’émotion, n°29, pp35-36, 2002


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 7419 / 897514

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir d’articles , bibliothèque, dictionnaire (...)  Suivre la vie du site Bibliothèque, Dictionnaire interactif et concepts (...)  Suivre la vie du site Dictionnaire interactif de quelques termes de la (...)  Suivre la vie du site R-S-T   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License