Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Résonance 2

dimanche 19 septembre 2010 par Morelli Maria , Maquoi elisabeth

La résonance survient lorsqu’un thérapeute est touché par des sentiments ou des thèmes qui le frappent fortement à un moment donné et qui le renvoient à des éléments de son histoire. Des éléments qui jusque là dormaient en lui se trouvent amplifiés. Cette amplification d’éléments liés à son passé - mais auxquels le thérapeute ne se réduit pas - lui permettent de « faire couple » avec chacun des membres du système thérapeutique en évitant de remettre en question leurs propres constructions du monde.

A défaut d’être analysées, les résonances peuvent cependant être paralysantes pour le thérapeute. Il convient dès lors de se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que je connais cet affect particulier ou ce thème spécifique ? Quel échos cette émotion ou cette lecture du réel suscite-t-elle dans mon esprit ?
  • En quoi ce thème est-il important pour les patients ? En quoi les concernent-ils ?

Ainsi interrogé, le concept de résonance, mis en avant par Mony El Kaïm, permet d’interroger la fonction et l’utilité des émotions qui émergent en soi dans sa relation avec le système. Qu’est-ce que ça traduit du fonctionnement du système et qu’il faut renvoyer au système ?

Cette « auto-réflexion » doit permettre de repérer les systèmes relationnels construits par les personnes, leurs croyances afin de créer un facteur de changement par rapport à cette construction du monde qui les fait souffrir. Comme évoqué supra, les résonances sont certes liées à l’histoire du thérapeute, mais il n’ont pu s’amplifier que parce qu’elles ont une fonction dans le système présent. Quelque chose dans le contexte fait émerger des réactions à ce moment-là. Cet isomorphisme (répétition ou reproduction des règles et des comportements propres au système mais dans un contexte différent) a une fonction pour le système et il le provoque.

Nous sommes toujours en résonance mais d’une manière générale, nous n’avons pas besoin d’analyser notre résonance car le décalage entre notre histoire et celle de nos patients est suffisant pour maintenir la flexibilité du système sans qu’on ait à le faire. L’analyse de ces résonances ne s’impose que s’il y a blocage, lorsque l’interaction des constructions du monde du thérapeute et des patients produit une danse si répétitive que personne ne peut aller de l’avant. Le thérapeute doit alors se demander quelle histoire vient se mêler entre eux et lui.

Pour terminer, il faut insister sur le fait que la notion de résonance ne doit pas être confondue avec celles de transfert/contre-transfert, sauf quand elles sont entendues au sens le plus lâche, non technique. Le transfert et le contre-transfert sont, en effet, au coeur du dispositif de la cure-type, en particulier freudienne, ce qui est cohérent avec l’épistémologie de ce courant. Pour la psychanalyse freudienne, en effet, tout est affaire de représentation. Il n’existe pas de souvenirs de faits qui se seraient réellement passés, mais seulement des représentations chargées d’affects. Pour que les représentations et les affects qui y sont associés resurgissent, il faut que le patient noue avec le thérapeute une relation transférentielle. Le patient va alors tendance à réagir avec l’analyste comme il le faisait avec un personnage important de son histoire. Par ce déplacement de l’affect d’une représentation (une figure parentale) vers une autre représentation (le thérapeute), le patient peut évoquer des traumatismes et des fantasmes liés à ce parent. Ce n’est pas sous la forme de souvenir que le fait oublié réapparaît mais sous forme d’action. Le malade répète un acte sans savoir qu’il s’agit d’une répétition. Pour Freud, le transfert est donc un drame qui au cours du traitement se joue avec une figure importante du passé qui est projeté dans le présent sur la personne du psychanalyste. On comprend dès lors que dans ce cadre de pensée, on considère que pour aller mieux le patient doit vivre dans la cure une névrose de transfert.

Toutefois, la névrose de transfert ne peut produire ses vertus curatives que si l’analyste tient compte de son contre-transfert. Cette notion renvoie à l’ensemble des sentiments qu’éprouve l’analyste en réaction aux sentiments inconscients ressentis par l’analysant dans le travail d’analyse. L’analyste doit supporter les rôles que le patient lui attribue ou projette sur lui quand il met en scène ses conflits dans la relation analytique. Les sentiments de contre-transfert facilitent alors chez l’analyste la compréhension de la nature des conflits intrapsychiques vécus par l’analysant et leur interprétation dynamique en vue de l’amélioration de son état.
Le contre-transfert est un outil majeur pour l’analyste : à partir de ces vécus émotifs, l’analyste peut comprendre dans quelle position le met le patient.

Cette digression dans la psychanalyse freudienne permet de comprendre que les notions de résonance et de transfert/contre-transfert ne sont pas réductibles l’une à l’autre. Les thérapies systémiques ne cherchent pas à organiser un espace où les personnes pourraient « rejouer » leurs histoires fantasmatiques. La notion de résonance ressortit à la cybernétique de second ordre où le thérapeute reste actif, n’est pas neutre et prend part au système pour co-construire avec lui des vecteurs de changement.

Mony Elkaïm, L’expérience personnelle du psychothérapeute : approche systémique et résonance, Psychothérapie 2004-3 (volume 24), p 145-150.

Brunschwig H., Transfert et contre-transfert, deux leviers solidaires et puissants du travail analytique, Imaginaire&Inconscient 2001/2, n°2, p 91-100

Heinrich Racker, Transfert et contre-transfert, Etude sur la technique psychanalytique, éd Cosura, Lyon, 2000.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3786 / 979222

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir d’articles , bibliothèque, dictionnaire (...)  Suivre la vie du site Bibliothèque, Dictionnaire interactif et concepts (...)  Suivre la vie du site Dictionnaire interactif de quelques termes de la (...)  Suivre la vie du site R-S-T   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License