Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Les loyautés selon Bszormenyi-Nagi

dimanche 30 septembre 2018 par Jeanfils Aurelie , PICQUOT Virginie , Maquaire Emmanuelle , Lambinet Karine , Scheyvaerts Pascale , De Boeck Reina

 La thérapie contextuelle : le concept de loyauté

Sur la base de son travail clinique, Boszormenyi-Nagi avait fait l’hypothèse que dans les déterminants de nos comportements il n’y avait pas que les déterminants biologiques et psychologiques (individuels) pour entrer en contact avec les autres. Il y a également d’autres déterminants qui dépendent de facteurs qui se trouvent dans la relation entre les personnes. Un de ces déterminants des relations entre les personnes est le fait que nous faisons tous le compte de ce que nous donnons et de ce que nous recevons et que nous espérons tous un retour équitable. Cette dimension dans nos relations ne dépend pas simplement de notre santé mentale ou de notre développement mental : nous sommes tous sensibles aux questions de justice. Ces attentes d’équité arrivent très vite dans la vie des petits enfants. Ensuite, c’est une notion qui ne disparait pas, même dans le cadre de la psychose. Même les gens que l’on décrit comme ayant des comportements antisociaux, restent sensibles aux questions de justice. On parle d’éthique relationnelle : nous réagissons face aux autres en fonction de ce qu’on a donné ou reçu dans la relation. On peut donc être dans une logique positive : tu m’as donné, je te donne. Ou dans une logique négative : tu m’as pris, je te prends. Comment sortir d’une spirale négative pour entrer dans une spirale positive ?

Dans ces attentes de justice, nous pouvons faire deux choses :

Attendre un retour équitable : je t’ai donné, j’attends que tu donnes.
Attendre que l’autre s’engage à rendre plus qu’il a reçu et plus que de ceux dont il n’a rien reçu.

La Loyauté est une forme d’engagement personnel envers celui à qui l’on est redevable.

Cette notion de loyauté est triangulaire :

Personne envers qui on s’engage
Personnes envers qui on ne s’engage pas de la même manière
Individu

La loyauté suppose toujours un aspect de triangle et de choix (choix préférentiel d’un groupe plutôt qu’un autre). La loyauté n’apparait que lors d’un « conflit » de loyauté : on est redevable envers plus d’une personne à la fois.

Ex : dilemme Cornélien : le père du Cid est tué ; pour le venger, le Cid doit tuer cet homme ; or c’est le père de sa maitresse.
Tuer le père de sa maitresse, c’est trahir celle-ci. Mais ne pas le tuer, serait trahir son propre père.

Envers qui le CId est-il le plus redevable ? Son père ou sa maitresse. ?
Tant qu’il n’y a pas de choix à faire notre loyauté reste, par nature, invisible.

 Histoire de la place de la loyauté dans le champ de la thérapie familiale

La première personne introduire la notion de loyauté dans le champ de la psychothérapie, c’est Anna Freud. Si c’est à cette auteure et non à Sigmund Freud que l’on doit ce questionnement, c’est parce que Sigmund Freud travaillait avec les adultes où cette notion de loyauté n’est pas aussi visible que chez les enfants.

Un enfant n’arrive pas d’une manière autonome auprès d’un thérapeute. Donc, lorsque des parents confient un enfant pour un travail thérapeutique, un des problèmes est que lorsque la relation de transfert de l’enfant avec le thérapeute, qui est nécessaire pour comprendre le monde interne de l’enfant, s’intensifie, l’enfant commence à résister, à saboter le traitement. Il se peut aussi que les parents (surtout les mères) sentent cette relation au thérapeute comme menaçante ; l’enfant le comprend et se trouve dans un conflit de loyauté entre l’attente du thérapeute qu’il reste dans ce processus et l’attente ambivalente de la mère : en même temps, la mère veut que se fasse cette thérapie et a également peur de perdre son enfant.

Pour Anna Freud, la solution a été d’écarter la mère et de la faire prendre en charge par une assistante sociale pour aider la mère à comprendre pourquoi elle n’arrivait pas à tolérer que son enfant investisse des nouvelles personnes. De cette façon, elle diminuait le conflit de loyauté de cet enfant en limitant l’impact de la mère sur le traitement. Historiquement, c’est intéressant de voir cette AS s’occuper des mères pour qu’elles ne s’accaparent pas les enfants en traitement psychanalytique et cela a été à l’origine de l’idée que le traitement intensif de l’enfant nécessitait un isolement du milieu familial.

Pour les thérapeutes de familles, une des sources principales de l’homéostasie familiale était l’engagement de chacun des membres de la famille à l’égard des autres. C’est l’engagement des membres de la famille à se montrer plus disponibles aux membres de la famille qu’aux gens à l’extérieur de la famille. L’engagement est toujours une limitation parce qu’il réduit les choix possibles (ex. l’engagement à être ici aujourd’hui, empêche d’autres engagement p.ex. d’aller à la piscine cette après-midi). Mais l’engagement a aussi un bénéfice : il oblige l’autre à l’engagement réciproque et garantit donc la solidarité des gens qui m’entourent. Dans ce sens, la loyauté est une ressource mais a aussi un coût : elle m’oblige à attaquer par solidarité.

Dans ce sens, les thérapeutes familiaux découvrent que les symptômes dans les familles peuvent donc avoir un lien avec l’homéostasie familiale. Tous les systèmes résistent au changement.

Ex. le départ de l’adolescent est une menace pour l’équilibre familial. Ce sont des périodes ou les familles peuvent entrer en crise : il y a une résistance, une ambivalence par rapport au changement. (ex. les gens qui pleurent aux mariages : on célèbre ce changement et, en même temps, on recule devant le changement). Ex adolescent qui se met à se droguer, se met en échec scolaire. Pour la famille, c’est un échec. C’est un enfant qui va mal, qui ne fait pas son travail, qui est peut-être même en danger. En même temps, c’est un enfant qui ne va pas quitter la maison tout de suite : il tient la famille ensemble. Le symptôme de l’enfant est une source de l’homéostasie familiale : l’offre de loyauté tient la famille ensemble. Mais si l’homéostasie familiale tient par un symptôme, c’est quelque chose de négatif. On va donc essayer de libérer cet enfant de l’emprise de ce système familial. La loyauté est un lien qui peut s’exprimer de bcp de façons différentes. Il faut essayer de trouver un autre moyen de rester en lien et donc loyal avec sa famille.

Dans cette approche systémique, on postule que la dépendance est un besoin fondamental : l’autonomie du soi dépend fondamentalement de la présence d’un autre. Nous n’existons pas de manière indépendante des autres. La relation est une condition de notre condition humaine. Dans cette vision, l’autonomie du soi dépend fondamentalement de la présence d’un autre.

Dans ce sens, le lien de loyauté ne nous oblige pas à sacrifier notre autonomie à ceux qui réclament notre loyauté mais peut aussi devenir un lien qui peut nous libérer parce que : si nous n’avions pas de lien avec qui que ce soit (si personne ne réclamait un engagement de notre part), nous perdrions sens et cela nous mettrait bien plus en danger que les sacrifices que nous pourrions faire par rapport aux engagements que nous devrions faire par rapport aux gens qui nous réclament notre engagement.

 Dans un travail thérapeutique avec les adolescents

Si c’est le moment de commencer un travail individuel : l’individuation se fera avec le thérapeute dans un lien privilégié pour sortir l’adolescent de l’emprise des attentes de ses parents.

Pour les thérapeutes contextuels,si l’autonomie survient dans le contraste avec l’autre, c’est dans la thérapie familiale que chacun de ces individus pourra acquérir plus d’autonomie. Le thérapeute essaie d’aider l’adolescent à être écouté et à écouter ses parents. Ce faisant l’adolescent prend sa place d’individu plus que dans le bureau dans une relation individuelle de l’adolescent au thérapeute. Dans la thérapie contextuelle, la différenciation se fait parce qu’on se positionne par rapport à un autre. La prise en charge familiale permet à chacun des individus de se positionner par rapport aux autres.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 44 / 1004184

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir de livres et des notes de lecture  Suivre la vie du site Échanges à partir des notes de lecture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License