Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

alliance et coalition

jeudi 10 mai 2012 par Baguette Catherine , Seutin Celine , Kerstenne Fanny , Tiberghien Céline

Alliance et coalition : définition des concepts

Tous les éléments d’un système s’inter-influencent. Les interactions dans un système s’organisent selon 2 modes opératoires :

• L’alliance qui est une relation d’affinité entre deux personnes, basée sur l’attirance, l’intérêt commun, la sympathie.

• La coalition qui est une solidarité, une alliance de plusieurs membres contre un membre de la famille.

Coalition et alliance ne peuvent pas être définies séparément. Une coalition n’existant qu’a partir du moment où deux êtres se liguent, s’unissent, s’allient, mettant de la sorte une 3ème de coté.

A. Dans le système familial

Le lien familial se définit par deux paramètres fondamentaux : l’alliance qui peut se défaire et la filiation (lien biologique ) qui ne peut symboliquement s’interrompre.

Au sein d’une même famille, différents jeux d’alliance s’observent. Tout les cas de figures sont possibles. Le plus souvent, les membres se regroupent par deux ou par trois selon leurs affinités, leur sexe ou par âge.

Exemple : Dans une famille de 3 enfants.
• Soit possibilité d’alliance entre les deux aînés (alliance de conservation) et cela pourrait mener le 3ème à une position d’écrasement.
• Soit une alliance révolutionnaire entre les deux plus jeunes qui risque de retirer à l’aîné sa place privilégiée.
• ENFIN, il peut exister une alliance illégitime entre le premier et le dernier pouvant laisser le moyen dans une position inconfortable et disqualifiée.

Les relations parentales influencent les relations à la génération suivante.
• Si l’alliance parentale est forte, aucun enfant n’a la possibilité de former une coalition gagnante avec l’un des parents contre l’autre. On s’attend alors à une alliance entre enfants et une solidarité générale entre frères et sœurs.

• Si un parent domine l’autre, une coalition entre le plus faible des parents et l’un des enfants pourrait se dessiner. L’enfant « choisi » est en général sensible à la faiblesse du parent et cherche à le soutenir. En échange, il risque de supporter les coalitions du reste de la fratrie contre lui.

S. Minuchin décrit des triangles rigides où un enfant est utilisé par ses parents afin d’éviter ou de dénier les conflits conjugaux.
Il s’agit d’une triangulation où chaque parent demande à l’enfant son alliance « contre » l’autre.

J. Haley décrit les triangles pervers avec les 3 caractéristiques suivantes :
« Au moins 2 des personnes en alliance appartiennent à des générations différentes ; une coalition entre deux personnes de générations différentes s’exerce contre la 3ème et enfin, cette coalition est déniée ou activement cachée.

Les frontières entre les générations sont alors diffuses, la hiérarchie familiale n’est plus respectée.

Un individu ne peut se développer, ni une famille se perpétuer, sans franchissement de ses limites propres et formation de nouvelles alliances avec l’extérieur.

B. Dans le processus thérapeutique

S’allier à une personne, créer une relation de confiance, soutenir une personne, est le fondement de tout processus thérapeutique. Sans alliance, pas de travail possible.

D’abord parce que le plus souvent la famille, se sentant incomprise ou critiquée, ne reviendra pas en consultation.

Ensuite parce que toutes les interventions à visée thérapeutique « rebondiront » contre la frontière invisible du groupe familial. Les thérapeutes pourront toujours dire ce qu’ils veulent, ce sera en vain.

La thérapie systémique se conçoit comme un processus où thérapeute et clients sont engagés ensemble sur un mode co-évolutif supposant une alliance de travail, un accordage affectif, une négociation constante de perspectives. Selon la deuxième cybernétique, l’observateur faisant partie du système, il convient d’identifier des règles de fonctionnement qui s’installent dans l’échange de la séance, de les nommer, d’en repérer la(les) fonction(s), et d’en défendre l’intérêt.

L’accordage affectif joue par ailleurs un rôle fondamental dans l’alliance thérapeutique. Il ne cesse de se rejouer tout au long du traitement et est modulé non seulement par l’échange verbal, mais aussi -et pour une large part -par la communication analogique (Fivaz-Depeursinge& Corboz-Warnery, 2001).

Pour s’accorder affectivement à ses clients, le thérapeute doit tout d’abord pouvoir reconnaître les moments où il est lui-même en train de partager avec eux un état émotionnel prégnant. Il importe par ailleurs qu’il sache reconnaître les manifestations cliniques d’un état émotionnel marquant chez le consultant, même si celui-ci ne le verbalise pas spontanément.

Cette relation de personne à personne, où les partenaires s’accordent sur les émotions, constitue l’aspect le plus profond de l’alliance thérapeutique.

Duruz (1994) suggère de définir l’alliance comme le processus interactionnel par lequel client et thérapeute « expriment cognitivement et affectivement, ainsi qu’au niveau comportemental, leurs accords et désaccords quant au but de la thérapie et quant à son déroulement ».

Les principales qualités que devraient démontrer un thérapeute pour susciter une solide alliance sont d’être souple, honnête, respectueux, digne de confiance, chaleureux, intéressé et ouvert. L’utilisation de diverses techniques comme le soutien à l’expression des émotions, l’exploration et la réflexion sur le passé du patient ainsi que l’interprétation juste de ces observations contribueraient également à l’alliance.

Ivan Boszormenyi-Nagy décrit la partialité multidirectionnelle une manière de créer un lien avec la famille. Il s’agit, après l’avoir posé comme cadre de l’entretien, d’écouter chacun à tour de rôle, devant les autres membres de la famille, et de le soutenir à dire tout ce qu’il souhaite dire, mais pas plus, en tentant de comprendre le mieux possible son point de vue. Le thérapeute protège ce discours personnel des interruptions, corrections, démentis des autres personnes présentes. Chacun ayant son temps d’expression et d’écoute, le thérapeute peut ainsi se montrer « partial » successivement avec chacun. Ce cadre imposé ne permet certes pas d’« observer » le fonctionnement « spontané » de la famille, mais il permet de créer une alliance forte avec chacun, et de donner à tous une possibilité à la fois d’entendre et de se faire entendre un peu plus que d’ordinaire.

Une des manières la plus classique, et aussi la plus ancienne, de faire alliance en thérapie familiale systémique, c’est l’utilisation de la connotation positive qui consiste à prendre à contre-pied les membres de la famille qui s’attendent à être critiqués et culpabilisés, à soutenir et complimenter, non pas nécessairement sur ce qu’ils font, mais leurs intentions et leurs valeurs sous-jacentes.

Mais, l’affiliation est souvent quelque chose de paradoxal : il faudra savoir entrer et accepter le conflit avec des familles bagarreuses, garder ses distances avec des familles défensives et secrètes, répondre à de manœuvres contradictoires où l’on vous repousse pour tester votre désir d’entrer en contact et non pour vous voir partir... Le conflit ou la souffrance sont le plus souvent, non pas l’expression d’un souhait de rupture, mais la marque du lien, de l’intensité des frustrations et de la force des attentes qui y sont vécues.

Et comment créer un lien suffisamment solide avec, non pas une personne, mais un groupe traversé par des tensions, des oppositions, des conflits ? Les thérapeutes sont mis en situation permanente d’appel à coalition pour soutenir les uns contre les autres, et réciproquement.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5044 / 897937

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir d’articles , bibliothèque, dictionnaire (...)  Suivre la vie du site Bibliothèque, Dictionnaire interactif et concepts (...)  Suivre la vie du site Dictionnaire interactif de quelques termes de la (...)  Suivre la vie du site A   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License