Espace d’échanges du site IDRES sur la systémique

Les frontières intra et inter familiales

jeudi 10 mai 2012 par Baguette Catherine , Seutin Celine , Kerstenne Fanny , Tiberghien Céline

Les frontières

Les frontières d’un sous-système sont les règles définissant qui participe à ce sous-système et comment. Les frontières différencient les sous-systèmes par rapport aux rôles et aux fonctions, elles marquent la séparation entre la famille et le monde extérieur, donnant naissance à un territoire qui permet de développer un sentiment d’appartenance. (J’appartiens à cette famille différente des autres, du monde extérieur).

Les frontières sont établies à l’intérieur même d’une famille (intra familiale) ou avec l’extérieur (rapports entre une famille et son environnement = interfamiliale).

On peut décrire les frontières d’un système en les situant sur un continuum dont les extrémités sont l’ouverture et la fermeture. Les frontières peuvent donc être rigides (imperméables), claires (semi-perméable) ou diffuses (perméables).

Les frontières vont varier en porosité et en souplesse, en élasticité et flexibilité en fonction des mythes familiaux, de l’ambiance et de la phase du cycle de vie que la famille traverse. La famille doit trouver un équilibre entre autonomie et appartenance envers et dans le système.

1. Intra - familiale

Selon Minuchin, au sein d’une famille, il existe 3 sous systèmes :
• les enfants (sous-système de la fratrie),
• le couple (sous-système conjugal)
• les parents (sous-système parental).

Ces sous-systèmes doivent établir des communications entre eux, tout en restant distincts. La santé de la famille réside dans un équilibre entre le lien et la séparation des sous-systèmes.

A. A un extrême du continuum, il y a les familles désengagées dans lesquelles les frontières entre les sous-systèmes sont non perméables, totalement rigides. Les sous-systèmes sont excessivement séparés entre eux tant la communication est difficile. Chaque individu a ses rôles qui n’ont aucun rapport avec les rôles des autres. Ici, chacun se retrouve isolé dans le système et est amené à se débrouiller seul. Le sentiment d’appartenance est faible, fragile et la gratification personnelle ne peut venir que de l’extérieur.

Au sein de ces familles les rôles parentaux sont très marqués, rigides. Ils peuvent néanmoins apparaître comme instables. Les parents font preuve de peu d’autorité et les membres du système sont autonomes. Les enfants sont immatures et comme expulsés du système, lancés vers la vie sociale sans ressources. La famille a des difficultés à exercer sa fonction protectrice et les membres, du fait du sentiment d’appartenance fragile, ont du mal à demander de l’aide à leur famille.

« On ne s’écoute pas, on n’écoute pas les émotions des autres ».

B. A l’opposé du continuum, il y a les familles enchevêtrées dans lesquelles les frontières entres les sous-systèmes sont diffuses, perméables, parfois inexistantes et la différenciation disparaît. On observe presque une fusion entre les membres, l’ensemble des individus est quasiment indissociable. Chacun a besoin des autres pour agir, penser, prendre des décisions.

Ces familles tournées vers elle-même ont un sentiment d’appartenance très fort et de solides frontières vers l’extérieur. Les membres du système sont peu autonomes et leurs relations sont caractérisées par un souci excessif des besoins des autres membres. Il y a peu de différenciation et les tensions peuvent rapidement se répercuter d’un sous-système à l’autre. C’est une famille dans laquelle les parents peuvent faire ou penser à la place de l’enfant et dans laquelle l’enfant va avoir des difficultés à développer une pensée propre. On peut aussi observer un espace de vie ouvert et peu d’intimité. C’est une famille où la différenciation transgénérationnelle peut s’avérer difficile.

« On utilise le nous, on doit tous penser la même chose ».

L’enchevêtrement et le désengagement, ne sont pas des organisations dysfonctionnelles en elles-mêmes. A certains moments, une cohésion majeure entre les membres peut être nécessaire.

Mais pour un bon fonctionnement familial, les frontières des sous-systèmes doivent être claires. Des frontières trop perméables ou trop imperméables peuvent entrainer la formation d’un symptôme. Les familles les plus fonctionnelles sont des familles ou les frontières sont semi-perméables càd définies de façon telle à permettre aux membres du sous- système d’exercer ses propres fonctions sans interférer avec d’autres. Dans ces familles chacun se sent libre de parler ou d’exprimer un désaccord avec les autres permettant aux individus d’exister en dehors du système, tout en maintenant un important sentiment d’appartenance.

2. Inter –familiale

La famille est un système dynamique contenant des interactions entre les membres qui interagissent également avec l’extérieur.

Les frontières inter-familiales définissent les relations entre la famille et l’environnement social.

La famille peut être très ouverte vers l’extérieur ou très fermée et repliée sur elle-même. L’idéal est d’avoir un équilibre entre identité familiale, sentiment d’appartenance et ouverture : se sentir bien en dehors et bien en dedans avec la possibilité d’introduire dans la famille certaines personnes, idées, choses provenant de l’extérieur.

Ex : Pouvoir amener des amis à la maison, avoir ses propres centres d’intérêt, avoir ses propres activités extra-familiale.


enregistrer pdf
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 7248 / 992536

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SAVOIR THÉORIQUE  Suivre la vie du site Échanges à partir d’articles , bibliothèque, dictionnaire (...)  Suivre la vie du site Bibliothèque, Dictionnaire interactif et concepts (...)  Suivre la vie du site Dictionnaire interactif de quelques termes de la (...)  Suivre la vie du site F   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License